A l’­heure où le temps
s’in­cline

Ac­tive de­puis plus d’une dé­cen­nie dans une dé­marche mu­si­cale d’un mi­ni­ma­lisme ra­di­cal, Sa­rah Hu­ghes joue dans des groupes d’im­pro­vi­sa­tion et a éga­le­ment fon­dé le Set En­semble, un sex­tet dé­voué aux mu­siques contem­po­raines. I love this city and its out­lying lands est une cas­sette pu­bliée par le pe­tit la­bel slo­vaque Map­pa qui do­cu­mente une per­for­mance de l’ar­tiste an­glaise en hom­mage au tra­vail de Fer­nand Lé­ger. Dans cette com­po­si­tion de presque une demi-heure, réa­li­sée avec une ci­thare, un pia­no, un orgue Ham­mond, des sons élec­tro­niques si­nu­soï­daux, des bruits blancs, un cla­ve­cin élec­trique et di­vers ob­jets, la com­po­si­trice semble fi­ger le temps dans un mou­ve­ment pa­ra­doxal qui donne tout d’a­bord la sen­sa­tion d’un corps lé­vi­tant pour al­ler en­suite vers celle d’un corps tan­gible et vi­brant, presque or­ga­nique.

Titre : I love this city and its out­lying lands
Au­trice : Sa­rah Hu­ghes
Date : 2020
Du­rée : 27’
Pro­duc­tion : Map­pa
+