Beau comme un son
ré­trac­tile

Beau comme… la ré­trac­ti­li­té des serres des oi­seaux ra­paces ; ou en­core, comme l’incertitude des mou­ve­ments mus­cu­laires dans les plaies des par­ties molles de la ré­gion cer­vi­cale pos­té­rieure ; et sur­tout, comme la ren­contre for­tuite sur une table de dis­sec­tion d’une ma­chine à coudre et d’un pa­ra­pluie ! Pro­ba­ble­ment aurez‐vous re­con­nu dans ces vers le sixième des Chants de Mal­do­ror, poème fé­roce et sur­réa­liste écrit par le comte de Lau­tréa­mont en 1869, avec le­quel le com­po­si­teur An­ton Mo­bin entre en dia­logue à tra­vers son art des sons. Une pro­duc­tion d’Arte Ra­dio.

Titre : Beau comme
Au­teur : An­ton Mo­bin
Date : 11 oc­tobre 2010
Du­rée : 4′09″
Pro­duc­tion : Arte Ra­dio
+


Si la source so­nore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le si­gna­ler via ce for­mu­laire :