Le bruit de la radio

Un extrait de Three incle­ments, un album (mal­heu­reu­se­ment plus dis­po­nible) de Sal­ly Ann McIn­tyre issu des tra­vaux de sa rési­dence sur l’île de Kapi­ti (Nou­velle-Zélande). Le disque regroupe trois com­po­si­tions réa­li­sées à par­tir de dif­fé­rents postes radios qui captent plu­sieurs plages de fré­quences et des sons d’un vio­lon cas­sé. Cet extrait, trop court, rend mal­gré tout un peu de la puis­sance de l’œuvre inté­grale.

Titre : Three incle­ments 
Autrice : Radio Cegeste (Sal­ly Ann McIn­tyre)
Date : 2014
Durée : 28’15’‘ (album) / 1’51’’ (pré­sent extrait)
Pro­duc­tion : Consu­mer Waste
+

La voix mobile

Depuis plus de 25 ans, Domi­nique Petit­gand bâtit une œuvre sin­gu­lière et fas­ci­nante à par­tir d’enregistrements de paroles intimes de gens qu’à tra­vers le mon­tage il décons­truit, éclate et pro­jette dans l’espace, aus­si bien men­tal que sonore. Dans ses com­po­si­tions, la répé­ti­tion, le flot­te­ment des iden­ti­tés, des lieux et des struc­tures tem­po­relles évoquent le mou­ve­ment même de la construc­tion et de la défec­tion d’une mémoire.
La voix mobile est une créa­tion en stu­dio réa­li­sée à par­tir d’installations sonores de l’artiste qui reprend l’articulation de son écri­ture ponc­tuée par un entre­tien avec Irène Omé­lia­nen­ko. C’est aus­si, pour celles et ceux qui ne connaî­traient pas son tra­vail, un très bon moyen de l’approcher.
N.B. : à écou­ter au casque pour pro­fi­ter du son binau­ral.

Titre : La voix mobile
Auteur : Domi­nique Petit­gand
Réa­li­sa­trice : Natha­lie Salles
Date : 1er mars 2018
Durée : 60′
Pro­duc­tion : Ate­lier de Créa­tion Radio­pho­nique / France Culture
+

Albu­fe­ra

Albu­fe­ra est une com­po­si­tion de l’artiste espa­gnol Edu Comelles qui mélange des prises de sons effec­tuées dans le parc natu­rel d’Albufera, dans la région de Valen­cia, et des nappes syn­thé­tiques. Une plage musi­cale déli­cate et hyp­no­tique qui évo­lue tout en dou­ceur dans une ascen­sion sonore qui, petit à petit, nous trans­porte dans une contrée fan­tas­ma­go­rique.

Titre : Albu­fe­ra
Auteur : Edu Comelles
Date : 21 jan­vier 2012
Durée : 22′56″
Pro­duc­tion : 48laws.org
+

12 000 abeilles… ça fout le bour­don !

Le com­po­si­teur amé­ri­cain Richard Devine nous met la tête – ou du moins les oreilles – dans un essaim d’abeilles… de 12 000 abeilles ! Api­phobes éloi­gnez-vous de ce son !

Titre : Mul­ti-chan­nel field recor­ding of 12,000 bees at Buckeye Creek Farm
Autrice : Richard Devine
Date : 2013
Durée : 3′08″
+

12 000 abeilles…
ça fout le bour­don !

Le com­po­si­teur amé­ri­cain Richard Devine nous met la tête – ou du moins les oreilles – dans un essaim d’abeilles… de 12 000 abeilles ! Api­phobes éloi­gnez-vous de ce son !

Titre : Mul­ti-chan­nel field recor­ding of 12,000 bees at Buckeye Creek Farm
Autrice : Richard Devine
Date : 2013
Durée : 3′08″
+

Tant que les heures passent

For­mée à la com­po­si­tion élec­tro-acous­tique par Denis Dufour, Béran­gère Maxi­min a déve­lop­pé une écri­ture très per­son­nelle autour d’une musique par­ti­cu­liè­re­ment vivante et affran­chie de tout dog­ma­tisme. Repé­rée par John Zorn, elle s’offre, en 2008, le luxe d’un pre­mier album sur le pres­ti­gieux label Tza­dik. Nous écou­tons ici trois titres en accès libre sur band­camp.

Titre : Tant que les heures passent
Autrice : Béran­gère Maxi­min
Date : Août 2008
Durée : 59’35 (CD inté­gral) / 25’30 (titres en écoute)
Pro­duc­tion : Tza­dik
+

(inquié­tant) Voyage en Ita­lie

Une carte pos­tale sonore d’Italie de Damien Magnette qui, loin des cli­chés, nous entraîne dans un pay­sage qui semble plus inquié­tant qu’idyllique.

N.B. : l’accès à ce son néces­site la pré­sence d’Adobe Flash Player sur votre appa­reil (sys­tème IOS non équi­pé par défaut).

Titre : Gree­tings from Ita­ly
Auteur : Damien Magnette
Date : Sep­tembre 2008
Durée : 4’12
Pro­duc­tion : Silence Radio
+

Musique pla­ti­née

Pre­mier album du pla­ti­niste eRikm, Zygo­sis, édi­té en 1999, annon­çait déjà tout son art de la mani­pu­la­tion des disques vinyles – et, plus tard, des bandes et autres sup­ports sonores. Sa tech­nique de décons­truc­tion de maté­riaux sonores pour créer sa propre dra­ma­tur­gie musi­cale est d’une effi­ca­ci­té remar­quable. A l’heure des tech­niques infor­ma­tiques, il est impres­sion­nant de voir com­ment cet artiste tra­vaille de façon arti­sa­nale et avec une telle dex­té­ri­té l’art du cut-up, du col­lage et du mixage. Un must.

Titre : Zygo­sis
Auteur : eRikm
Date : 1999
Durée : 38’09
Pro­duc­tion : Sono­ris
+

Musique
pla­ti­née

Pre­mier album du pla­ti­niste eRikm, Zygo­sis, édi­té en 1999, annon­çait déjà tout son art de la mani­pu­la­tion des disques vinyles – et, plus tard, des bandes et autres sup­ports sonores. Sa tech­nique de décons­truc­tion de maté­riaux sonores pour créer sa propre dra­ma­tur­gie musi­cale est d’une effi­ca­ci­té remar­quable. A l’heure des tech­niques infor­ma­tiques, il est impres­sion­nant de voir com­ment cet artiste tra­vaille de façon arti­sa­nale et avec une telle dex­té­ri­té l’art du cut-up, du col­lage et du mixage. Un must.

Titre : Zygo­sis
Auteur : eRikm
Date : 1999
Durée : 38’09
Pro­duc­tion : Sono­ris
+

Marine niçoise

Vita Nova Radio est la radio du Lycée Cal­mette à Nice. Son audio­blog ras­semble les tra­vaux audio des élèves : jour­naux, chro­niques, débats, por­traits sonores, inter­views, lec­tures, etc. Un lycée créa­tif où l’intelligence se déploie joyeu­se­ment. Ici nous écou­tons une pro­me­nade sonore sur la baie des Anges.

Titre : Field recor­ding : Marine niçoise
Auteurs.trices : élèves du Lycée Cal­mette — Nice
Date : 16 février 2016
Durée : 1′14″
Pro­duc­tion : Vita Nova Radio
+

Poé­sie syn­thé­tique

Qu’advient-il du carac­tère artis­tique d’un poème lorsqu’il est inter­pré­té par des machines ? C’est la ques­tion en creux dans cette ver­sion très par­ti­cu­lière de l’Urso­nate de Kurt Schwit­ters, poème dadaïste des années 20–30, par André Cor­mier et l’Ensemble Ordi­na­ture. À l’instar du poète alle­mand en son temps et à sa manière, l’artiste cana­dien, 80 ans plus tard, remet en crise la notion même de poé­sie.

1. Ron­do alle­gro lar­go

2. Scher­zo

3. Pre­to Finale

Titre : Urso­nate
Auteur : Kurt Schwit­ters
Inter­pré­ta­tion : Ensemble Ordi­na­ture, dir. André Cor­mier
Date : 1922–1932 (œuvre ori­gi­nale) / 2004 (pré­sente créa­tion)
Durée : 18′50″”
En écoute sur Ubu­Web
+

Les cou­leurs de la nuit

Homme d’institution, puisqu’il diri­gea un temps le GRM, Fran­çois Bayle est aus­si, et sur­tout, un grand acteur de la recherche musi­cale depuis les années 60 connu pour l’invention, dans les années 70, de l’acousmonium : un “orchestre” d’enceintes acous­tiques favo­ri­sant la mise en scène des sons. Les cou­leurs de la nuit est œuvre plu­tôt mécon­nue, et pour­tant majeure, du com­po­si­teur. Dans ce pay­sage sonore aux teintes tro­pi­cales (ses ori­gines mal­gaches ?), les sons s’agitent dans l’espace tels des insectes tur­bu­lents. Rare­ment la musique acous­ma­tique aura atteint cette puis­sance d’évocation par les sons.

Titre : Les cou­leurs de la nuit
Auteur : Fran­çois Bayle
Date : 1985 (pre­mière édi­tion) / 2017 (pré­sente édi­tion)
Durée : 38′
Pro­duc­tion : INA-GRM (pre­mière édi­tion) / Sub Rosa (pré­sente édi­tion)
+

Sans mer­cy

Emma­nuelle Gibel­lo déve­loppe une pra­tique artis­tique qui emprunte à la fois aux arts visuels et à la musique élec­tro­nique. Très influen­cée par les nou­velles tech­no­lo­gies, elle invente ses propres dis­po­si­tifs musi­caux à par­tir de camé­ras, de cap­teurs, de micros modi­fiés, etc., avec les­quels elle explore et mani­pule des sources sonores pro­ve­nant de milieux natu­rels comme de milieux urbains, de son quo­ti­dien comme de ses voyages. Dans ses tra­vaux, éga­le­ment très impré­gnés de lit­té­ra­ture, elle inter­roge les rap­ports entre sons, images, pay­sages sonores et sou­ve­nirs. Dans Secret Mer­cy, elle déve­loppe une nar­ra­tion double – à l’instar du roman d’Haruki Mura­ka­mi, La Fin des temps, dont elle s’inspire –, à par­tir de sons enre­gis­trés sur le ter­rain en France, en Corée, au Japon, au Laos et au Cana­da ain­si que les voix de divers pro­ta­go­nistes.

Titre : Secret Mer­cy
Autrice : Emma­nuelle Gibel­lo
Date : 13 avril 2013
Durée : 65′35″
+

(Hé)risser le pia­no

For­te­ment nour­rie par le jazz – elle fut notam­ment de l’aventure de l’Orchestre natio­nal de jazz pen­dant 5 ans –, Eve Ris­ser est avant tout une com­po­si­trice et une inter­prète (flû­tiste mais sur­tout pia­niste) à l’esprit aven­tu­reux qui fran­chit sans état d’âme les fron­tières de toutes les géo­gra­phies, ter­restres comme musi­cales. Elle col­la­bore régu­liè­re­ment avec d’autres musi­ciens, elle a créé le White Desert Orches­tra, un ensemble de 10 musi­ciens entre musique jazz et musique de chambre, et elle s’épanouit aus­si dans un tra­vail plus inti­miste au pia­no en solo. Nous écou­tons ici une de ses impro­vi­sa­tions au pia­no pré­pa­ré ; ins­tru­ment qu’elle fait vibrer, réson­ner, chuin­ter, chan­ter… Une musique ténue, fra­gile et sen­sible.

Titre : Solo pre­pa­red pia­no
Auteur : Eve Ris­ser
Date : 2012
Durée : 17′28″
+

Hong-Kong star

Carte pos­tale radio­pho­nique de Hong-Kong par Jérôme GameHK Live ! dresse un por­trait vir­tuel de la ville-État et voyage dans sa matière sonore, réelle comme fan­tas­mée. L’auteur-narrateur cir­cule sans fron­tières entre l’univers du ciné­ma asia­tique et celui, pro­saïque, de Hong-Kong aujourd’hui. Un poème sonore dans lequel les bruits, les voix et les humeurs de la ville et des films se donnent la réplique.

Titre : HK Live !
Auteur : Jérôme Game
Date : 14 août 2012
Durée : 59′
Pro­duc­tion : France Culture/Institut Français/Missions Sten­dhal
+

Pièces assem­blées

Sous le nom de tra­vail Machi­ne­fa­briek se cache un com­po­si­teur néer­lan­dais pro­li­fique. Ses envi­ron­ne­ments sonores sont riches de contrastes entre sons arides et ambiances feu­trées, sons syn­thé­tiques et sons acous­tiques, pul­sa­tions méca­niques et souffles orga­niques. L’Assem­blage pro­po­sé ici est une col­lec­tion de bandes-son pour des courts-métrages et de mor­ceaux édi­tés ici et là.

Titre : Assem­blage
Auteurs : Machi­ne­fa­briek 
Date : 27 février 2017
Durée : 70′41″
Pro­duc­tion : Zoha­rum
+

Dr. Fran­ken­stein

On ne sait guère qui se cache der­rière l’étrange acro­nyme |LNL|GCK| si ce n’est qu’il a (ça semble être un IL) une approche de la musique qui tient plus de la chi­rur­gie que de la com­po­si­tion ! Tel un Dr. Fran­ken­stein, il décor­tique et démembre les corps sonores ou les enre­gis­tre­ments musi­caux dont il s’empare pour recom­po­ser un monstre au carac­tère bien trem­pé ! Le mor­ceau que nous écou­tons ici, inti­tu­lé 15/10/12–01/03/13, syn­thé­tise brillam­ment et féro­ce­ment son art. Atten­tion les oreilles !

Titre : 15/10/12–01/03/13
Auteur : |LNL|GCK|
Date : 2013
Durée : 6’07
+

Ouvre-la !

Lola est une cha­par­deuse de sons d’ambiances fami­liales ! Dans son audio­blog, Ouvre-la, elle pro­pose des mon­tages de ces moments volés dans les­quels pointent toute son espiè­gle­rie et son atten­tion au monde. Son mois de Décembre 2017 est par­ti­cu­liè­re­ment vivant avec ses bruits d’assiettes, les confi­dences d’une enfant, des notes sur un pia­no mal accor­dé, de la chan­son fran­çaise, Janis Joplin, la bien­nale d’art contem­po­rain de Lyon, la pré­pa­ra­tion d’un risot­to et pleins d’autres moments.

Titre : Décembre 2017
Autrice : Ouvre-la
Date : 13 jan­vier 2018
Durée : 2’04
+

Ça cloche

L’art cam­pa­naire revi­si­té façon musique élec­troa­cous­tique par Rui Cos­ta à par­tir de l’enregistrement d’une com­po­si­tion pour les six cloches de l’église de la ville de Man­gualde, dans le centre-nord du Por­tu­gal, inter­pré­tée par de jeunes scouts sur une nota­tion visuelle de Luis Cos­ta. Une plon­gée immer­sive en binau­ral (met­tez votre casque) dans un pay­sage sonore tota­le­ment envoû­tant.

Titre : Cam­pa­no­lo­gias Beirãs em Man­gualde
Auteurs : Luis Cos­ta, Rui Cos­ta
Date : Juillet 2017
Durée : 46’53
Pro­duc­tion : Binaural/Nodar
+

Leçon d’électro-mécanique

Arti­san du son, Emma­nuel Mie­ville façonne depuis une tren­taine d’années des œuvres qui tiennent autant de la musique acous­ma­tique que du field recor­ding. Dans Elec­tric wakes, moto­ri­sed, les machines, ascen­seurs, néons et autres géné­ra­teurs de bruits méca­niques ou élec­triques tonnent, cri(ss)ent, gré­sillent, geignent, vrom­bissent dans des com­po­si­tions élec­tro­mé­ca­niques sai­sis­santes.

Titre : Elec­tric wakes, moto­ri­sed
Auteur : Emma­nuel Mie­ville
Date : 31 août 2017
Durée : 39’52
+