Poé­sie syn­thé­tique

Qu’advient-il du carac­tère artis­tique d’un poème lorsqu’il est inter­pré­té par des machines ? C’est la ques­tion en creux dans cette ver­sion très par­ti­cu­lière de l’Urso­nate de Kurt Schwit­ters, poème dadaïste des années 20–30, par André Cor­mier et l’Ensemble Ordi­na­ture. À l’instar du poète alle­mand en son temps et à sa manière, l’artiste cana­dien, 80 ans plus tard, remet en crise la notion même de poé­sie.

1. Ron­do alle­gro lar­go

2. Scher­zo

3. Pre­to Finale

Titre : Urso­nate
Auteur : Kurt Schwit­ters
Inter­pré­ta­tion : Ensemble Ordi­na­ture, dir. André Cor­mier
Date : 1922–1932 (œuvre ori­gi­nale) / 2004 (pré­sente créa­tion)
Durée : 18′50″”
En écoute sur Ubu­Web
+


Si la source sonore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le signa­ler via ce for­mu­laire :