Sans eau

Si dans cer­taines ré­gions du monde l’eau coule à flots, dans d’autres elle est un li­quide rare et pré­cieux. Han­nah Hart­man, ar­tiste so­nore sué­doise, s’est ren­due dans des lieux qui souffrent de graves pé­nu­ries d’eau pour réa­li­ser Törst (“soif”), une com­po­si­tion dans la­quelle elle capte le son du mou­ve­ment de l’eau à tra­vers les aque­ducs, si­phons, plom­be­rie, pompes, dé­ver­soirs… Des sons qu’elle mixe avec ceux d’une trom­pette qui semble aus­si as­sé­chée que les conduits ! Bien en­ten­du, der­rière l’expérience au­di­tive émerge la ques­tion plus po­li­tique de la ré­par­ti­tion et de l’utilisation de nos res­sources na­tu­relles. Œuvre lau­réate ex æquo du Prix Pho­nur­gia Nova 2016 dans la ca­té­go­rie Art Ra­dio – Sa­cem.

Titre : Törst
Au­trice : Han­na Hart­man 
Date : 2011
Du­rée : 29′48″
Pro­duc­tion : Deut­schlan­dra­dio Kul­tur
+


Si la source so­nore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le si­gna­ler via ce for­mu­laire :