Sans mer­cy

Emma­nuelle Gibel­lo déve­loppe une pra­tique artis­tique qui emprunte à la fois aux arts visuels et à la musique élec­tro­nique. Très influen­cée par les nou­velles tech­no­lo­gies, elle invente ses propres dis­po­si­tifs musi­caux à par­tir de camé­ras, de cap­teurs, de micros modi­fiés, etc., avec les­quels elle explore et mani­pule des sources sonores pro­ve­nant de milieux natu­rels comme de milieux urbains, de son quo­ti­dien comme de ses voyages. Dans ses tra­vaux, éga­le­ment très impré­gnés de lit­té­ra­ture, elle inter­roge les rap­ports entre sons, images, pay­sages sonores et sou­ve­nirs. Dans Secret Mer­cy, elle déve­loppe une nar­ra­tion double – à l’instar du roman d’Haruki Mura­ka­mi, La Fin des temps, dont elle s’inspire –, à par­tir de sons enre­gis­trés sur le ter­rain en France, en Corée, au Japon, au Laos et au Cana­da ain­si que les voix de divers pro­ta­go­nistes.

Titre : Secret Mer­cy
Autrice : Emma­nuelle Gibel­lo
Date : 13 avril 2013
Durée : 65′35″
+


Si la source sonore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le signa­ler via ce for­mu­laire :