Tes­ti­mo­ny, ou l’art d’une poé­sie ob­jec­tive

Quant la poé­sie em­prunte au réel sa vé­ri­té comme sa cruau­té, quand elle prend de la bouche des cou­pables comme des vic­times, des morts comme des vi­vants, les pa­roles qu’elle fait siennes, c’est que l’objectivisme poé­tique de Charles Rez­ni­koff n’est pas loin. Tes­ti­mo­ny, vaste cycle de poèmes de cet au­teur amé­ri­cain du siècle der­nier, est très lit­té­ra­le­ment construit sur des té­moi­gnages de pro­cès d’assises aux Etats-Unis. En 2011, Hen­ri Jules Ju­lien (di­rec­tion ar­tis­tique) et So­phie Agnel (pia­no) – avec la com­pli­ci­té de la voix du co­mé­dien Vic­tor Po­no­ma­rev – tra­versent cette œuvre dans un geste ar­tis­tique qui lui colle au plus près pour en rendre toute l’âpreté et la vio­lence. Le ré­sul­tat est au­tant suf­fo­cant que d’une tra­gique beau­té.

Titre : Tes­ti­mo­ny
Au­teurs : Hen­ri Jules Ju­lien, So­phie Agnel
Date : 25 mai 2011
Du­rée : 59’00
Pro­duc­tion : Ate­lier de Créa­tion Ra­dio­pho­nique / France Culture
+


Si la source so­nore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le si­gna­ler via ce for­mu­laire :