Ultra-poé­sie

Plus connu comme plas­ti­cien pour ses des­sous d’affiches lacé­rées, Fran­çois Dufrêne fut aus­si, dans les années 50, le fon­da­teur de l’ultralettrisme, soit une forme de “let­trisme sonore” qui explore les pos­si­bi­li­tés vocales (cris, bruits de gorge et de langue, pho­nèmes, etc.) dans le but de géné­rer une poé­sie sonore pure­ment pho­né­tique et spon­ta­née qui devien­dra ensuite le ter­rain d’exploration des Ber­nard Heid­sieck, Hen­ri Cho­pin et consorts. Köchel que j’aime est une œuvre qui date de 1969.


Titre : Köchel que j’aime
Auteur : Fran­çois Dufrêne
Date : 1969
Durée : 9′36″
En écoute sur Ubu­Web
+

Si la source sonore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le signa­ler via ce for­mu­laire :