Vous avez dit bi­zarre ?

Dif­fi­cile, en par­lant de cu­rio­si­tés mu­si­cales, de ne pas abor­der dans nos pages le tra­vail de ce­lui qui a fait du bi­zarre et de l’insolite son cré­do ar­tis­tique. Je veux par­ler de Mon­sieur Ste­ven Sta­ple­ton alias Nurse With Wound, pro­jet à géo­mé­trie va­riable dont il est l’âme. Hé­ri­tier aus­si bien de la mu­sique concrète des an­nées 50 que du rock psy­ché­dé­lique des se­ven­ties, éle­vé au grain in­dus­triel et en par­cours libre, il fait, dans son œuvre plé­tho­rique com­men­cée il y a main­te­nant 40 ans !, la syn­thèse de toutes les dé­marches ex­pé­ri­men­tales qui ont ir­ri­gué la mu­sique du ving­tième siècle dans un geste qui pro­duit un son to­ta­le­ment in­clas­sable. Pour preuve cette pe­tite com­pi­la­tion de 5 titres.

Titre : Crea­ki­ness
Au­teur : Nurse With Wound
Date : 20 fé­vrier 2012
Du­rée : 53′15″
Pro­duc­tion : Jna­na Re­cords
+


Si la source so­nore de ce post n’était plus dis­po­nible, mer­ci de nous le si­gna­ler via ce for­mu­laire :